GrandesMarees_300Les grandes marées du 21 mars ont permis de découvrir les vestiges de la jetée-promenade ou jetée des Anglais, détruite en 1943.

Retour sur l’histoire de cette promenade qui connut son heure de gloire à Trouville, avec Jean Moisy, rédacteur en chef de la revue trimestrielle Athéna sur la Touques*.

La construction de cette jetée-promenade (ou jetée des Anglais), perpendiculaire à la digue et longue de 350 m, a commencé en 1889 et ne s'est achevée qu'en 1892. C'était une sorte de "pier", comme il en existe encore aujourd'hui à Brighton, dont la principale fonction était de permettre l'accostage à marée basse des "bateaux du Havre", vapeurs qui traversaient l'estuaire avec passagers et marchandises. Les pêcheurs trouvillais l'utilisaient aussi : le canot venait apporter le poisson à la vente en y accostant, tandis que la barque restait au large... un verbe local, "batteler", désignait cette opération.

C'était aussi un lieu apprécié de promenade (d'où son nom), mais le piéton devait payer un droit d'entrée, car elle appartenait à une société privée de M. Harding, un Anglais qui l'avait fait construire, mais qui a dû la revendre en 1905 à la Cie qui exploitait les bateaux à vapeur.

Elle fut démontée en 1943 par l'armée allemande qui récupéra le métal, au moment de l'édification du « mur de l'Atlantique », pour dégager le tir de canons installés dans les bunkers de la plage de Trouville, et surtout parce qu'elle aurait pu servir aux Alliés pour un éventuel débarquement.

Les pieux visibles sur les photos lors de la marée du 21 mars sont ceux qui soutenaient la plate-forme terminale de la jetée, là où se trouvaient un café et les embarcadères des vapeurs qui accostaient à l'ouest ou à l'est en fonction des courants de marée et du vent.

Petite anecdote : on remarque sur les photos que ces pieux sont couverts de moules. Lors du démontage de la jetée en 1943, 300 tonnes de moules furent ainsi récupérées...

*Athena sur la Touques est publié grâce à l’Association des Amis du Musée de Trouville et du Passé Régional.
Pour plus d’informations à ce sujet : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.